Drawing and text excerpt: "Hafen"

Updated: Apr 29, 2021



« À onze ans, Axel n’a d’ami que Markus. Markus et son Oma sont les seuls vivants de sa tribu qui portent le rire à fleur de lèvres. Le souffle gonfle la cornemuse du cœur et ils éclatent d’une joie où valse la poussière. Les gens qui rigolent sans prévenir, ce sont pour Axel des miracles qui marchent, une source qui abreuve. Le rire est enveloppant comme une toison de laine. Son enfance enterrée ne peut y résister. Il aimerait tellement qu’on lui apprenne comment faire.


L’humour n’est pas le seul trésor de son ami, car c’est aussi un magicien. Un magicien de notes, un disquaire enchanteur. S’il n’est pas amarré de force au violoncelle, Axel passe ses fins d’après-midi dans ce commerce béni. Markus est excentrique, mais un fin connaisseur. Il a ce don autiste de se rappeler de tout. C’est bien plus fort que lui. On traîne toutes ses infirmités comme une fortune cachée. Il comble le mutisme d’Axel par une logorrhée vive, qu’il ne tait qu’au moment où l’aiguille se pose sur la surface d’un disque. Ses cigarettes laissent pendre des rouleaux de cendre sur le temps qui fait la sieste, puis, il fait naître des fréquences dans la caverne de bois. Markus enseigne à déguster les notes, comme une grenadine. Alors Axel rencontre Mahler, Gardel, Armstrong et Bill Evans. L’escouade complice panse ses plaies dans la grotte aux esprits. Il vient laper le beau comme une petite bête s’abreuvant aux sources pures. Ici les mânes sur les pochettes de disque le remarquent, le font voyager et lui parlent, alors que sa main traverse la brume de ceux de sa maison. Il a fini par comprendre que les fantômes ne sont pas ceux qu’on croit.


Le menton sur ses mains posées sur le comptoir, il écoute. Il ne sait qu’écouter et la vie lui rend bien ce cadeau de présence. Elle lui donne de quoi oindre les parois de son cœur. Dans le soutien des amis de notes et des alliés de voix, il partage son désert. Il observe le disquaire d’un regard vif de faon au coin d’un bois. Markus a le flair pour ce disque qui changera une vie. Plus grand, Axel ne rêve de faire que ça. Diffuser les ondes qui soignent et qui font s’envoler. Offrir un havre et le sacré aux humains et aux bêtes, comme ça, pour tout élever de bleu avec des sons et des prévenances ou une plaquette de mots. Être le canal d’un pouvoir de sorcier ou de shaman indien. Cultiver cette magie, mais sans la posséder. L’arrimer à son cœur, sans les boulets de la demande, de l’attente et de la vente. Se faire courroie de transmission du souffle. Servir, seulement servir, en offrant la splendeur indicible des choses et du présent. »


Text ©Mokusho Abigaëlle Richard, Bleu, 2021

Drawing ©Mokusho Abigaëlle Richard, Le havre, 2016, black and red inks on watercolor paper, 8”x10”

Music ©Carlos Gardel, Mi Buenos Aires Querido


This drawing inspires you? Obtain a print

Contribute to Mokusho’s creations via a Paypal donation. All my gratitude 💙