Drawing and text excerpt: "Pleiades"

Updated: Apr 29, 2021



« Il existe là-bas, sous le ciel d’un canal, une âme libre d’impatience, qui pour plus de trois ans boit ses dessins, ses collages et ses danses. Elle vibre à ses mots sur l’écran, à cette voix bienveillante qui rappelle les Pléiades. Elle dévore en continu le sublime de cette vie qu’il traduit dans ses photos, le rapt des lignes pures qu’il relâche dans la grisaille du Nord.


Par son intelligence du cœur, Axel sait que le seul moyen d’aimer Maëlle est d’honorer tout ce qu’elle est, en vibrant sur ce que le souffle crée par elle. Ce qu’elle crée est l’essence de ce qu’elle est, le reste, Maëlle s’en fout éperdument. Il en est de même pour lui, et ça, elle l’a compris aussi et se passionne pour tout son univers. Jusqu’à maintenant, personne n’avait saisi ce tout petit détail qui change une existence.


La nuit, à six heures de décalage, il lui lit Kafka pour la bercer. Sur la plaque sensible de ses yeux, il fixe le charme dont il ne revient pas, avant d’éteindre sa caméra. Il capte une vibration dans les soleils tardifs, celle qui la révèle absente de tout ce qui lui importe. Elle entrevoit les mânes dans la tiédeur de son studio. Avec l’écoute illimitée qu’on offre aux condamnés, elle reçoit les aveux de l’enfance en apnée. Ils sont face à eux-mêmes comme devant l’eau du puits reflétant le cosmos. Leurs prévenances entières, c’est ce que d’autres appellent « s’aimer ».


Text ©Mokusho Abigaëlle Richard, Bleu, 2021

Drawing ©Mokusho Abigaëlle Richard, Pléiades, 2019, ultramarine ink on watercolor paper, 8’’x10’’

Music ©Radiohead: Pyramid Song | Film: Der Himmel über Berlin

To know more about this creation, watch the video


This drawing inspires you? Obtain a print

Contribute to Mokusho’s creations via a Paypal donation. All my gratitude 💙